La Fédération CGT de la Santé et de l’Action Sociale soutient et appelle à la mobilisation le 26 mai 2018

22 mai 2018 / CgtFédération Santé Action sociale

La santé subit depuis trop longtemps le mépris des gouvernements successifs et l’austérité budgétaire qu’ils imposent.

Les personnels connaissent et dénoncent la dégradation des conditions de travail et le recul de leur pouvoir d’achat. Nos militant.e.s organisent de très nombreux mouvements de contestations dans les hôpitaux public, les EHPAD, les cliniques privées et dans l’action sociale. C’est pourquoi notre Fédération se joint à la mobilisation du 26 mai 2018.

Des initiatives diverses seront organisées localement, dans tous les départements, pour permettre au plus grand nombre d’y participer. Nous appellons tou.te.s les militant.e.s du secteur public et privé et tous les personnels de la Santé à se joindre massivement aux manifestations.

Partout, la CGT appelle l’ensemble des forces sociales à « une marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité », marée humaine qui doit déferler pour imposer une autre répartition des richesses dans notre pays.

Faut-il rappeler que la France est le premier pays au monde en matière de dividendes versés aux actionnaires, soit l’équivalent de 407 milliards d’euros en 10 ans, cela au détriment de l’intérêt général et du pouvoir d’achat ?

Compte tenu de l’urgence sociale, la CGT a pris la décision de construire cet appel avec d’autres organisations syndicales, associatives et politiques, dans le respect des périmètres d’intervention et des prérogatives de chacune des organisations. La CGT reste ainsi fidèle à ses principes d’indépendance, tout en favorisant l’expression du plus grand nombre de citoyen.ne.s.

Pour la CGT, cet appel est complémentaire des autres mobilisations en cours déjà programmées et de celles à venir.

La réussite de cette journée d’action sera un nouveau cap dans la construction d’un rapport de force indispensable, seul capable de contrer les mauvais coups du patronat, du président Macron et de sa majorité parlementaire, et de faire valoir l’exigence d’autres choix économiques et sociaux.